NICK DRAKE 

 

Je ne sais, qu'écrire de plus

Je ne sais, que dire de plus

J'ai rencontré, un public immature

Me renfermer, reste le plus sûr

 

Nick...Nick Drake

 

Your Feeling Nick...Nick Drake

Your Music Nick...Nick Drake

Mélancholic Nick...Nick Drake

La nuit tombe, sur la campagne anglaise

Les mots sonnent, dans ma tête

La vie dehors, moi, derrière la fenêtre

La pluie tombe, sur mon mal-être

 

Nick...Nick Drake

 

Quelques notes, qui m'émerveillent

Ne trouvent grâce, à leurs oreilles

Quelques notes, mais où va la planète

Quelques notes, my name is Drake..

Quelques notes, puis filer à l'Anglaise

Quelques notes, sur mon mal-être

Quelques notes, le monde perd la tête

Quelques notes, my name is Drake...                

 


 

 

IT'S NEVER TOO LATE

 

Composer à 2h du mat'

Sur quelques volutes d'idées noires

La route, il n'est jamais trop tard

Déclare ton amour, dès ce soir

 

It's never too late

 

 

La passion c'est pour les vivants

La raison pour les bien-pensants

La mort fait partie du vivant

Mais combien parmi nous, vivent vraiment

 

It's never too late...

 

 

Désirer le cœur crépitant

Projeter pour 2000 ans

Tu sais qui tu es, n'perd pas d'temps

Je t'aime,  je saigne, j'en rêve...

 

 

It's never too late...


I LIVE IN NY 

Je vis à New York dans la musique soul

Je vis dans le Bronx dans la multiculture

J'adore vivre à New York dans la présence continue

La présence tous les jours, la présence toutes les nuits

 

 

I LIVE IN NEW YORK...

 

Pour mon cœur, toutes les femmes du monde

Prendre l'air à Central Park

Pour mon âme, La musique

Dans les clubs ou dans la ville

À New York, âmes égarées....

À New York à nouveau renaissent

 

I LIVE IN NEW YORK...

 

 

Tu sais, New York, on aime ou on déteste

C’est le meilleur de ce monde, mais aussi le pire

Sentiment de liberté et d’égalité, cependant

Gagner du fric se réserve aux élites.

 

Comme une envie de faire, comme une envie de vivre

Mais comme un manque d’air, la nature se défile

Ne jamais dormir, jamais le temps

Jamais de doutes, je vis, je vis

Ne jamais ressentir, ne jamais s'arrêter

Je te déteste autant que je t'aime

                                                                                                                                                                                                                                                   I LIVE IN NEW YORK, je ne sais plus qui je suis

                                                                                                                                                                                                                                                   I LIVE IN NEW YORK, je fais partie des murs...

                                                                                                                                                                                                                                               

 


LES CŒURS D'HIVER 

J'offre toutes les plages, les palmiers envoûtants

Tous les beaux paysages, tous les soleils levants

J'offre toutes les garces aux regards aguichants

Les paraître et palaces, les plages de sable blanc

 

Je préfère les orages et les hivers glaçants

La flamme au fond de l'âtre et être loin des gens

 

Une lande écossaise, fine pluie d'automne

Une fille irlandaise pâle comme une madone

 

Quelques vieilles pierres me rappelant hier

Sous un ciel de tonnerre, en réchauffant ma belle

 

Jouant dans la neige, quelques enfants heureux

Deviendront poètes, humbles et courageux

 

Comme une terre celte, belle et mystérieuse

Le brouillard peut-être, magnifiant les cieux

 

Je préfère les orages et les hivers glaçants

 la flamme au fond de l'âtre et être loin des gens

                                                                                                           Quelques vieilles pierres me rappelant hier

 Sous un ciel de tonnerre, en réchauffant ma belle                                                                                                     

 Comme une terre celte, belle et mystérieuse                Le brouillard peut-être, magnifiant les cieux                                                                                 

         


 

 

 

AMOUREUX

Comme un printemps qui revient

Un éclat d'argent au creux de tes reins

Comme une envie de vivre, soudain

Mon corps encore tremblant au creux de tes Reins

 

Amoureux...

 

Ton sourire qui soudain pèse sur ma vie

Tes doigts fins le long de mes envies

Et de la lune rose, au bout de la nuit

De la lueur de l'aube, au bout de la vie

C'est l'amour qui transpose toutes nos envies

Laissons ces âmes mortes de jalousie

 

Amoureux........

 

Goûter au doux présage d'être compris

La beauté du visage qui vous sourit

Goûter au doux miracle de quelques nuits

Et si le monde est lâche, autant le fuir...

 

Amoureux...


DIMANCHE 

Dimanche doucement la vie reprend, je crois

Doucement vos petits yeux ronds vers moi

Le bonheur, les petits croissants, tout ça

Pourquoi attendre un jour, pour vivre, dis-moi

Comme si la vie passait à côté de moi

Aujourd'hui c’est dimanche, toi et moi

Et la petite pépette, on vit, on voit...

 

Dimanche…

 

Dimanche on va sentir, aimer, se reposer

Comme aucun autre jour se regarder

Sentir la vie vibrer, réaliser

Le monde qui nous entoure, puis l'oublier

 

Vivre chaque jour comme le dernier

Je crois que j’avais dit dimanche dernier

Mais au petit lundi, toutes envolées

Les bonnes résolutions se sont fanées...

 

Dimanche…..

 

Dimanche, après le dur labeur que nous impose la vie

Retrouver la chaleur des yeux de ma fille

Le souffle maternel qui lentement se meurt

Vers un plus long sommeil, de rêves, de fleurs

Dimanche refaire le monde en bleu, en rose

Refaire le monde, t’offrir des roses

Te refaire un bébé, Si j’ose

                                                                                                                                                                                                                                                  T’enlever à Morphée, ma rose...


RETRAITÉ 

Alors voilà, 40 ans après me voilà retraité

Comme on dit, j'ai passé ma vie à marcher ou Crever

Aujourd'hui, à moi liberté, le temps de respirer

Oui mais la vie est bien différente de ce que l'on dit

 

Retraité

Moi mon corps est usé et mon cœur fatigué

Retraité

Il y a bien longtemps que la vie m'a tué

 

J'ai passé ma vie à chercher la différence, à fuir L'indifférence

J'ai payé le prix et reçu les blessures, du combat Qu'est la vie

Tant de jours et de nuits à me battre et espérer,

Tant de choses de la vie

Je suis seul aujourd'hui, mon corps est si lourd et Mon cœur est si las

 

Retraité

Moi mon corps est usé et mon cœur fatigué

Retraité

Il y a bien longtemps que la vie m'a tué

La mort aujourd'hui, je la vois, je la veux, et pourvu Qu'il n'y ait

Pas de paradis, et que tout soit fini

Je ne veux pas finir comme tant d'âmes perdues au Feuilleton de l'après midi

                                                                                                                                                                                                                                   Mener le chien pisser et économiser

                                                                                                                                                                                                                                   Retraité...

 


COMME UNE NUIT 

Je te vois, le souffle si court

Dans ce grand lit froid

Je t’entends, cette voix du sud

Me rappelle ton nom

Forte et fragile à la fois

Dans un dernier souffle, ton coeur qui s’en va

 

Comme une nuit qui jamais ne finit

Dis toi que c’est un rêve plus beau que la vie

Comme une nuit, tu manques à nos vies

Mais tu es éternelle aujourd'hui

 

Si Dieu m’entend,  c’est que tu m’entends aussi

Auprès de mamie

Je vous aime tant. Une vie trop difficile

Pour un cœur si tendre

 

Que c’est con parfois la vie et je sais qu’à tes Dépends tu l’auras appris

Je ne te verrai plus, nos rires aux éclats sont

Si loin déjà

Je garderai de toi. Ton sourire, ton amour

et ce sacré caractère

Ton cœur empli de joie. C’est le cœur empli de Larmes que je te dis adieu

Rendez-vous auprès de Dieu

Rendez-vous de par les cieux

Rendez-vous dans l’autre vie

Rendez-vous au paradis...

 


 

DANS LE NÉANT 

Peut-être un jour que les fleurs reviendront

Vaincront-elles la fumée grise

Les quelques restes d'usine disent que non

Point de salut dans le néant

Les vertes pâtures ensevelies de bitume

Qu'avons- nous fait, qu'on se le dise

Je ne crois pas qu'un jour les oiseaux reviendront

Point de salut dans le néant

 

Profits contre nos âmes, pouvoir contre opprimés

La beauté de ce monde, envolée

Une race en exil, ne sachant où aller

Sur une planète essoufflée

 

Juste une ombre au loin, y a-t-il quelqu'un qui M'entend

Point de salut dans le néant

Les âmes en tourment, se sentent enfin libres

De l'air absent de leurs yeux vides

Je ne crois pas qu'un jour les humains reviendront

Point de salut, dans le néant

 

Profits contre nos âmes, pouvoir contre opprimés

La beauté de ce monde, envolée

Une race en exil, ne sachant où aller

Sur une planète essoufflée

 


 

 

QUAND REVIENDRA L'AUTOMNE

 

Quand reviendra l'automne

Je serais là

Quand reviendra l'automne

Appelle-moi

Car je sais

Que tu n'est pas pressée

 

Moi je le suis

Moi j'ai envie

Moi je revis

J'te vois la nuit

 

Quand reviendra l'automne

Oublie-moi

Quand reviendra l'automne

Ne m'appelle pas

Car comme on dit

Tout s'oublie

 

Je te voulais

Je t'espérais

À en crever

J'ai trop saigné...


 

 

 

 

LE PARADIS SUR TERRE 

 

C'était un soir d'été

C'était un feu d'hiver

C'étaient tes cheveux, en l'air

C'étaient tes yeux, si verts

C'est sous cet arbre, un jour

Sous ce ciel, une nuit

Sous ce drap, froissé

Et sous mon cœur, de pierre

 

Le paradis sur terre...

 

C'est dans tes yeux, de verre

Et tout contre ta chair

C'est ma vie dans la tienne

Et mon âme dans tes veines

 

Le paradis sur terre...

 


REVIENS-MOI 

 

Reviens-moi...

 

Pas de promesse, juste l'évidence

Pas de promesse à l'eau de rose

Pas de tristesse, je suis à toi

Tes larmes sèchent tout contre moi

 

Premier regard, c'est évident

Premier regard, comme un serment

Premier regard, je le ressens

Rose d'amour c'est ton prénom

 

Reviens moi...

 

Quelques regards, tu m'échappes déjà

Quel coup de Trafalgar t'éloignera de moi

Quelques mots d'amour, tu m'échappes déjà

Mon cœur est lourd d'imaginer tout ça

Je deviens fou, est-ce cela

D'être le père, d'un joyau tel que toi

 

 Premier regard, c'est évident

Premier regard, comme un serment

Premier regard, je le ressens

Rose d'amour c'est ton prénom

 

 Qu'importe le temps, reviens-moi

 Qu'importe la vie, reviens-moi

 Qu'importe les on-dits, reviens-moi

                                                                                                                                                                                                                                      Qu'importe la raison, reviens-moi

                                                                                                                                                                                                                                      Qu'importe le serment, reviens-moi

                                                                                                                                                                                                                                      Qu'importe le temps, reviens-moi

                                                                                                                                                                                                                                      Tant que je suis vivant, reviens-moi

                                                                                                                                                                                                                                      Et même après le temps, reviens moi...